Une sous préfet au tribunal

sous préfet de grasse inculpée de corruptionMise en cause dans un certain nombre de faits présumés de corruption, l’ex sous préfet de Grasse n’ira pas aux champs mercredi, mais au tribunal…

Dominique-Claire Testart fut sous-préfèt de Grasse entre 2011 et 2013. Elle est aujourd’hui accusée d’avoir quelque peu mélangé les genres et avoir accepté quelques cadeaux soupçonnés aujourd’hui ne ne pas avoir été faits sans contrepartie.

De bien curieuses relations « locales »

C’est entourée de ceux qui furent ses « amis » lors de son passage à Grasse que l’ ex sous-préfèt va comparaître mercredi prochain 2 novembre au tribunal correctionnel. Parmi eux, nous trouvons un important chef d’entreprise niçois et le propriétaire d’un hôtel de charme…

Cette ancienne représentante de l’État, énarque de 59 ans, a été mise en examen et placée sous contrôle judiciaire en octobre 2013 car accusée d’avoir accepté des cadeaux de la part de chefs d’entreprise, en échange de services rendus dans le cadre de ses fonctions. Madame Dominique-Claire Testart s’appelait alors Mallemanche, du nom de l’époux dont elle est désormais séparée et qui comparaît à ses côtés pour complicité de corruption.

Après un rapide passage dans la Creuse, elle fut finalement exclue du corps préfectoral en novembre 2014. Rassurez vous pour elle, elle est toujours salariée de la fonction publique, dans un placard doré du ministère de l’économie et des finances, à Paris.

Mercredi, elle encourra une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison et une amende pouvant atteindre 1 M€, ainsi, de facto, que l’interdiction d’exercer une fonction publique.

Patrick Innocentini, trafiquant de drogues…. et stupide

Les connexions entre la sous préfet et le milieu local furent établies par la police judiciaire de Nice à l’occasion d’écoutes téléphoniques effectuées sur un malfrat local, Patrick Innocentini (un nom qui s’invente pas, même s’il est plutôt à prendre ici dans son acceptation de « naïf »…). Les policiers se rendent compte alors que cet habitué de la vie nocturne, fils de l’ancien patron du club de football OGC Nice, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt à la suite de plusieurs condamnations pour trafic de cocaïne, port d’arme et escroquerie (un palmarès que la sous préfet pouvait difficilement ignorer) disposait du numéro de mobile personnel de la sous préfet et se vantait ouvertement dans ses conversations de sa « proximité » avec le représentant local de l’ordre républicain….

  La France dans le peloton de tête des pays corrompus?

Une énarque plus cigale que fourmi….

Dominique-Claire Testart, diplômée de l’ENA en 1987 a commencé sa carrière dans le privé, notamment chez Thales. Elle n’avait apparemment pas, comme c’est la coutume, négocié le rachat de ses frais de scolarité par la société privée. Dès lors, l’administration, brave fille, mais quelque peu dégarnie ces derniers temps, se rappelle à son bon souvenir et exige de son ancienne élève soit de donner dix ans de sa vie à l’État, soit de rembourser les frais de sa scolarité.

Mais notre sous-préfet est une cigale et n’a point mis de côté les sommes nécessaires à ce remboursement. Pire, elle doit 80 000 € aux banques pour plusieurs crédits à la consommation. Elle accepte donc de revêtir l’uniforme des serviteurs de la République et prend la route de Grasse, où son mari, Jean-Jacques, noue rapidement des relations d’affaires grâce à ses contacts dans la franc-maçonnerie, très active dans la région.

L’engrenage des petits « services rendus »

Parmi ces nouveaux « amis » du couple, citons José Garelli, un gros entrepreneur en travaux publics de la Côte d’Azur Il est très connu localement, puisque c’est sa société qui a réalisé le terrassement du grand stade de Nice, celui de la tour Odéon à Monaco et l’aménagement de la coulée verte à Nice. José Garelli offre à la sous-préfet une séance de spa à l’hôtel Majestic de Cannes (550 euros) et une soirée à Cannes (1 628 euros) pour son fils. Dans le dossier d’instruction figure aussi un violon d’une valeur de 7 900 euros, offert à la sous-préfet pour son anniversaire par plusieurs hommes d’affaires, dont José Garelli, ou encore la plantation d’oliviers centenaires dans le jardin de la sous-préfecture… (l’Etat comparaîtra-t-il pour « recel »?)

  L'affaire taxe carbone touche la police

Bien sûr, d’aucun, et les avocats de l’accusée ne manqueront pas de le faire, diront que les cadeaux n’engagent que ceux qui les donnent… Pourtant,

Manuela Garelli, épouse du chef d’entreprise sus nommé, organisatrice du triathlon de Cannes, obtient facilement de la sous préfet le feu vert nécessaire à l’organisation de l’important événement sportif. Feu vert qu’elle n’avait pas obtenu du prédécesseur.

En octobre 2012, la sous préfet signe un arrêté préfectoral autorisant la création d’une piste pour les véhicules de pompiers à l’intérieur d’un domaine et d’un réservoir d’eau de défense des forêts contre les incendies (DFCI). Or ce domaine, le Mas d’Artigny, sur les hauteurs de Saint-Paul-de-Vence, appartient à Marcel-Paul Gélabert, un marchand de biens parisien, condamné pour corruption à Paris, dans les années 1990. Le propriétaire a un impérieux besoin de sécuriser la propriété contre les incendies afin de la rendre constructible et de la revendre avec une confortable plus value. En échange, le propriétaire aurait promis 200 000 euros au couple Mallemanche. L’opération spéculative n’a finalement pas lieu car un riverain attaque l’arrêté préfectoral.

En matière de corruption, nul n’est besoin que l’opération aille à son terme, l’intention suffit à qualifier le délit.

Tous dans le box!

Marcel-Paul Gélabert et José Garelli devront répondre de trafic d’influence actif, Patrick Innocentini de complicité de corruption active, Jean-Jacques Mallemanche de complicité de corruption passive et l’ancienne sous-préfet de Grasse de corruption passive.

Addendum du 07/12/2016: CONDAMNÉE!

Dominique-Claire Mallemanche a été condamnée ce mardi à 3 ans de prison ferme, 20 000 euros d’amende et à une interdiction définitive d’exercer toute fonction publique. Elle est reconnue coupable de corruption passive et de trafic d’influence. Le tribunal estime que Dominique-Claire Mallemanche s’est laissée corrompre par le propriétaire du Mas d’Artigny.

  Le président de SOS Racisme Dunkerque défigure son ex-concubine

Le propriétaire du Mas d’Artigny, Marcel-Paul Gelabert, est condamné à deux ans de prison ferme et 100 000 euros d’amende. Jean-Jacques Mallemanche, l’ancien époux de la sous-préfète écope d’un an de prison et 20 000 euros d’amende. Joseph Garelli, entrepreneur en travaux publics à Nice, est condamné à un an d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

L’avocat de Dominique-Claire Mallemanche, André Bezzina, a indiqué que sa cliente allait sans doute faire appel de cette condamnation.

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

2 pensées sur “Une sous préfet au tribunal

  • 2 novembre 2016 à 14 h 55 min
    Permalink

    Franc-maçonnerie :  » Elle accepte donc de revêtir l’uniforme des serviteurs de la République et prend la route de Grasse, où son mari, Jean-Jacques, noue rapidement des relations d’affaires grâce à ses contacts dans la franc-maçonnerie, très active dans la région  » .

    Répondre
  • 5 février 2017 à 17 h 57 min
    Permalink

    Vous oubliez Pierre Louis AMANCIC condamné également à 1 an de prison et 20 000 € d’amende . Egalement Franc Maçon de cette loge d’affairistes de la Côte d’Azur qui s’enrichissent également en Afrique dans l’entourage des pouvoirs locaux corrompus. Il s’est fait passer à Grasse pour un agent immobilier sous le nom d’une société bidon HAVILA PARTNER, simple boîte aux lettres à Londres. La même, S. A.HAVILA PARTNER Créée en 1998 Capital 600 000 € PDG Pierre Louis AMANCIC Liquidation judiciaire en 2011.
    La même, S. A.HAVILA PARTNER entreprise de Pierre Louis AMANCIC se présente en Afrique de l’ouest comme expert en levée de fonds, conseil aux entreprises, conseil en fusions/acquisitions en particulier au Congo pays du dictateur Sassou Nguessau.
    Agent immobilier ici, grand spécialiste de la finance des entreprise ailleurs. Ça l’escroc de haute volée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….