Un haut responsable de l’ONU accusé de corruption

John Ashe à la tribune de l'ONUJohn Ashe a profité de sa fonction de président de l’Assemblée générale de l’ONU en 2013 pour promouvoir les intérêts d’un milliardaire chinois

L’épisode tombe au mauvais moment. Les Nations unies, qui célèbrent leurs 70 ans d’existence et qui éprouvent des difficultés à financer certaines de leurs agences dont le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), sont secouées par une vaste affaire de corruption. Élu au poste de président de l’Assemblée générale de l’ONU où il a servi de septembre 2013 à septembre 2014, John Ashe a été arrêté mardi à son domicile par les autorités américaines. Ancien ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda auprès de l’ONU à New York, il est accusé d’avoir participé à un réseau de corruption impliquant cinq autres personnes dont Ng Lap Seng, un milliardaire chinois de Macau.

Habitué aux déclarations tonitruantes, le très énergique procureur fédéral de New York Preet Bharara, bien connu des banques suisses, n’a pas mâché ses mots: «Si elles sont prouvées, les accusations faites aujourd’hui confirmeront que le cancer de la corruption qui gangrène trop de gouvernements […] ronge aussi les Nations unies.» Le procureur fédéral a accusé les personnes interpellées d’avoir fait de l’ONU une «plate-forme pour faire du profit».

Entre 2011 et 2014, John Ashe, 61 ans, est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin à hauteur de 1,3 million de dollars. La charge la plus directement liée à l’ONU relève d’un voyage effectué par l’ex-diplomate à Macau au printemps 2011. Invité par un ex-diplomate de la République dominicaine, Francis Lorenzo, John Ashe s’est rendu dans la ville chinoise pour rencontrer le magnat de l’immobilier Ng Lap Seng. Ce dernier a cherché à corrompre l’ambassadeur d’Antigua pour qu’il fasse la promotion du UN Macau Conference Center, un vaste complexe de conférence de plusieurs milliards de dollars dont l’ONU pourrait faire usage. John Ashe s’est de fait vu offrir un voyage en première classe à La Nouvelle-Orléans et un séjour en famille dans un luxueux hôtel.

  Le fils d'Erdogan déménage en Italie

L’argent est tracé par le procureur

En 2014, le même John Ashe retourne à Macau et exige du milliardaire chinois 200 000 dollars à verser au nom du président de l’Assemblée générale. Une grande partie de ses fonds sera toutefois transférée sur le compte personnel du responsable onusien. L’ambassadeur dominicain Francis Lorenzo voit en John Ashe le moyen idéal d’obtenir un allié au sein même de l’organisation internationale. Il va jusqu’à rédiger un document onusien estampillé «John Ashe» que ce dernier soumet au secrétaire général de l’ONU. Le document de promotion du centre de conférence de Macau circulera dans l’enceinte onusienne, obtenant au passage le soutien de pays comme le Bangladesh et le Kenya. Mais ni l’Assemblée générale ni le bureau de Ban Ki-moon ne donneront suite à la proposition.

Du côté des responsables onusiens, qui s’appliquent à promouvoir la transparence de l’organisation, la nouvelle a été accueillie avec stupeur. Ban Ki-moon s’est dit «choqué et profondément troublé». Son porte-parole Stéphane Dujarric a déclaré que l’organisation venait d’apprendre la nouvelle et qu’elle n’avait pas été mise au courant par les autorités judiciaires américaines. Admettant qu’elle portait atteinte à «l’intégrité des Nations unies», il a toutefois voulu rectifier les propos incendiaires du procureur fédéral. «La corruption n’est pas une pratique courante» à l’ONU.

Le présent cas ne manque toutefois pas de rappeler une autre affaire qui avait fortement ébranlé les Nations unies dans les années 1990: le programme pétrole contre nourriture que l’organisation supervisait en Irak. Après une enquête menée par une commission dirigée par Paul Volcker, le responsable du programme Benon Sevan avait été mis en cause. L’affaire avait secoué même le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan dont le fils Kojo fut soupçonné de conflits d’intérêts au vu du poste qu’il occupait au sein de la société Cotecna chargée de la vérification des produits entrant en Irak.

  Corruption: Alstom va payer 700 millions de dollars d’amende

L’ex-président de l’Assemblée générale est aussi accusé d’avoir accepté de juteux pots-de-vin pour promouvoir les intérêts du milliardaire chinois à Antigua-et-Barbuda. John Ashe a ainsi pu obtenir une voiture de luxe, deux montres Rolex et des costumes sur mesure. Il a même pu se faire construire un terrain de basket-ball dans sa propriété de Dobbs Ferry, dans l’État de New York. Si l’accusé s’acquitte d’une caution d’un million de dollars, il est appelé à rendre son passeport et devra porter un bracelet électronique.

Source: www.letemps.ch

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….