Nouvelle mise en examen dans l’affaire des Transferts de l’OM

logo Olympique de Marseille

Après Jean-Claude Dassier, c’est au tour d’Antoine Veyrat, l’ancien directeur général de l’Olympique de Marseille, d’être mis en examen dans l’affaire des transferts présumés douteux de Marseille.

Quinze jours après Jean-Claude Dassier, président de l’OM entre 2009 et 2011, c’est au tour d’Antoine Veyrat d’être mis en examen pour abus de biens sociaux, association de malfaiteurs, faux et usage de faux dans l’affaire des transferts présumés douteux du club marseillais. L’ancien directeur général du club phocéen (entre 2008 et 2011) a été placé ce vendredi sous contrôle judiciaire. La justice lui reproche notamment des abus de biens sociaux en lien avec un certain nombre de transferts de joueurs  marseillais, et aussi en lien avec le système de gestion des abonnements du club, cédé depuis 1990 aux groupes de supporteurs.
L’enquête menée par le juge d’instruction marseillais Guillaume Cotelle porte notamment sur 18 opérations de transfert ou de prolongation de contrats de joueurs passés par l’OM dans la période où Antoine Veyrat paraphait ce type d’opérations. La justice soupçonne des opérations surévaluées, qui auraient pu donner lieu à des commissions indues versées à des agents ou des intermédiaires, au préjudice de l’actionnaire du club, pour un montant de 55 millions d’euros. Parmi les transactions étudiées par la justice, on trouve notamment les transferts de Gonzalez, Mbia, Diawara, Abriel, Niang, Azpilicueta, Rool, Morientes, Kaboré, Rémy, Gignac, Cheyrou, Ben Arfa ou Heinze. A l’origine de cette affaire à tiroirs, une information judiciaire pour «extorsion de fonds, blanchiment et association de malfaiteurs», ouverte en juillet 2011.
Les enquêteurs soupçonnaient alors des extorsions au préjudice du club, sous la forme de versements indus de commissions au profit de membres du milieu à l’occasion de transferts importants. Des perquisitions avaient eu lieu au siège de l’OM en janvier 2013, au cours desquelles des documents avaient été saisis. Les locaux marseillais de l’agent Jean-Luc Barresi avaient également été perquisitionnés. En novembre 2014, puis en janvier 2015, de vagues de mises en garde à vue avait conduit dirigeants de l’OM, intermédiaires et agents de joueurs à s’expliquer devant les enquêteurs, notamment l’actuel président du club, Vincent Labrune, et ses prédécesseurs Jean-Claude Dassier et Pape Diouf.

  Le football anglais gangréné

Source: sport24.lefigaro.fr

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….