René Garrec, ancien Président de région, mis en examen..

ancien présiednt basse normandie mis en examenLes multiples rebondissements de l’affaire des sénateurs UMP et de leur caisse noire touchent aujourd’hui l’ancien Président de l’ex région Basse Normandie

Ancien sénateur UMP du Calvados et ancien président du conseil régional de Basse-Normandie, René Garrec a été mis en examen ce jeudi 26 janvier 2017 par deux juges d’instruction du pôle financier pour détournement de fonds publics par une personne exerçant  une fonction publique et « recel » de ce délit.

Sénateur UMP du Calvados de 1998 à 2014 et ancien président de la Région Basse-Normandie René Garrec, 82 ans, a été mis en examen ce jeudi 26 janvier 2017 par deux juges d’instruction du pôle financier pour « détournement de fonds publics par une personne exerçant une fonction publique » et « recel » de ce délit.

Celui qui a été sénateur de 1998 à 2014, après avoir été député du Calvados de 1988 à 1997, ainsi que président du conseil régional de Basse-Normandie de 1986 à 2004, a fait l’objet d’une enquête sur des soupçons de détournements de fonds publics au profit de plusieurs élus de l’ex-UMP au Sénat.

Des détournements au profit de sénateurs

Jusqu’à présent, six personnes sont mises en examen dans cette affaire, initiée par une enquête ouverte par le parquet de Paris en 2012 à la suite d’un signalement de la cellule antiblanchiment de Bercy. Au coeur de l’affaire: des sommes importantes remises à des sénateurs en plus de leurs indemnités légales provenant de deux comptes du groupe de l’ex-UMP, via deux associations, le Cercle de réflexion et d’études sur les problèmes internationaux (Crespi) et l’Union républicaine du Sénat (URS).

  La France dans le peloton de tête des pays corrompus?

400 000€ en jeu

Les sommes versées par l’URS se sont montées à 400 000€ entre 2009 et 2012. Dans une déclaration à l’AFP, René Garrec évoque « une pratique ancienne, connue de tous, par laquelle le groupe versait des compléments d’indemnités représentatives de frais de mandat (IRFM) à ses membres pour les soutenir dans leurs actions politiques locales et nationales ». René Garrec estime que rien ne peut lui être reproché, à cause de la souveraineté et de l’autonomie des groupes parlementaires.

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….