Puteaux, Maire et compte au Luxembourg de père en fille…

Médiapart balance Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire (Les Républicains) de Puteaux, qui aurait retiré en catastrophe 102 lingots d’or et 865 300 € en liquide d’une banque située au Luxembourg.

Un magot sorti en plusieurs allers-retours d’un compte de la banque privée Edmond de Rothschild, entre 2008 et jusqu’au 23 avril 2009, date de sa clôture.
Des documents faisant état d’une dizaine retraits, et publiés par le site, auraient atterri voilà un an sur le bureau du juge d’instruction Jean-Michel Bergès, au TGI de Nanterre. C’est là que, depuis treize ans, les magistrats se succèdent sur le dossier de présumés pots-de-vin dans l’attribution d’un marché de chauffage à La Défense, en 2001.

Charles Ceccaldi-Raynaud, père de Joëlle -qui lui a succédé aux manettes de la ville en 2004- a été mis en examen en 2007 pour favoritisme, recel d’abus de bien sociaux et corruption passive. L’élu, qui à l’époque présidait le syndicat attributeur de cet énorme marché -chauffer et climatiser une partie de La Défense- s’est vigoureusement défendu d’avoir perçu de l’argent. Mais n’a pas manqué de charger sa propre fille, révélant au juge l’existence de ce compte au Luxembourg. Car à Puteaux, depuis une dizaine d’années, entre père et fille, c’est la guerre.

Joëlle Ceccaldi évoque un héritage d’une grand-mère… imaginaire!

Joëlle Ceccaldi n’est pas mise en examen dans l’affaire du chauffage de La Défense. Mais elle a déjà été entendue à Nanterre, sous le statut « allégé » de témoin assisté. « L’information judiciaire a été ouverte sur des chefs très précis, sur des faits qui concernent le marché de chauffage de La Défense. Mais pas sur ce compte », rappelle le parquet de Nanterre, qui ne confirme ni n’infirme les révélations sur les lingots.

  Le Qatar achète des amis français à coups d'enveloppes de 10.000 euros

Interrogée en 2011 sur le sujet par le juge alors en charge des investigations, Joëlle Ceccaldi avait évoqué un héritage d’une grand-mère. Avant d’expliquer deux ans plus tard, selon Mediapart, que tout avait été rapatrié en France, au bénéfice de sa fille.

« J’espère que Bercy ouvrira tout au moins une enquête là-dessus », réagit Christophe Grébert, principal opposant (MoDem) à Puteaux. «Je ne dis pas qu’il y a corruption. Mais comment un élu, qui n’a pas d’entreprise, donc pas de chiffre d’affaires, qui n’a pas gagné non plus au Loto, peut-il se constituer un tel capital ? » La crainte du conseiller municipal, c’est surtout que le dossier du chauffage de La Défense soit « enterré ».

Interrogée ce vendredi, Joëlle Ceccaldi n’a pas souhaité s’exprimer. Faisant juste savoir qu’« une plainte sera déposée dans les prochains jours pour violation du secret de l’instruction, afin de connaître des origines de cette fuite ». On peut la croire : en dix ans dans l’univers impitoyable de Puteaux, Christophe Grébert a collectionné une douzaine de procédures judiciaires avec la mairie. Son prochain procès pour diffamation, prévu en mai 2016, est en rapport avec un tweet lancé à propos… du compte luxembourgeois de Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Source: www.leparisien.fr

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….