Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/siteorigin-panels/inc/styles-admin.php on line 390

Warning: session_start(): Cannot start session when headers already sent in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/wd-facebook-feed/facebook-feed-wd.php on line 18

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/jetpack/_inc/lib/class.media-summary.php on line 77

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/jetpack/_inc/lib/class.media-summary.php on line 87

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/addon-so-widgets-bundle/cmb/init.php on line 746
Le Président du 77 fait payer pour partie sa piscine par le contribuable...
Warning: preg_replace_callback(): Compilation failed: invalid range in character class at offset 22 in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/base/siteorigin-widget.class.php on line 841

Warning: preg_replace_callback(): Compilation failed: invalid range in character class at offset 22 in /homepages/11/d735134954/htdocs/Tous-Pourris/wp-content/plugins/so-widgets-bundle/base/siteorigin-widget.class.php on line 841

Le Président du 77 fait payer en partie sa piscine par le contribuable…

jean jacques barbauxUne jolie affaire d’abus de biens publics et prise illégale d’intérêt en perspective….

Une belle piscine intérieure climatisée

Alors qu’il était encore maire de Neufmoutiers-en-Brie, conseiller général du canton de Rozay-en-Brie et président de la communauté de communes du Val Bréon, Jean-Jacques Barbaux a fait appel fin 2011 à Monsieur Miguel Lluch, un maçon espagnol, pour construire une piscine couverte en extension de sa maison.

C’est une connaissance qui le lui a présenté : Jacques Ducastel, l’ex-directeur de la Fondation Hardy, établissement public médico-social de Fontenay-Trésigny dont Jean-Jacques Barbaux a présidé le conseil d’administration jusqu’en juin 2012. Ce même Ducastel dont M. Barbaux disait ne pas être ami.

La piscine de Monsieur Barbaux fait des envieux. Tout un bâtiment de 105 m2 de style néobriard à la charpente cathédrale apparente lui est dédié. Un bassin de 8 m sur 3 m, profond de 1,50 m avec, tout autour, une plage carrelée, un vestiaire avec douche, un spa, un bar, la climatisation, etc.

Comment Monsieur Barbaux a-t-il pu s’offrir un tel luxe?

La magie du Cesu

Miguel Lluch, le maçon espagnol, a été embauché du 1er novembre 2011 au 30 novembre 2012 par le biais du Chèque emploi service universel (Cesu). Vous savez, CESU, c’est ce chèque « emploi-service » qui permet de prendre un employé à domicile, juste quelques heures par semaine pour de menus travaux. Ce dispositif vous permet de payer des charges minorées, vous évite de la paperasserie, vous fait bénéficier d’une réduction fiscale de 6000€ par an.

Notre maçon espagnol a tout conservé: son contrat CESU, ses fiches de paie à l’entête du CESU, les plans de la piscine à construire et une cinquantaine de photos du chantier… Sur le contrat, la case « Homme et femme toutes mains » a été cochée au stylo bleu. A la ligne suivante, on a inscrit : « Tous travaux dans la propriété ». En fait, selon les règles du CESU,  « cela correspond à du petit bricolage qui ne nécessite aucune qualification particulière. Comme une poignée de porte mal fixée, un tableau à accrocher, une plinthe à recoller. A ne pas confondre avec des travaux de bâtiment ».

  Le Drian fait il payer sa campagne électorale par le ministère des armées?

Petits travaux?

« Je me suis chargé de toute la maçonnerie. J’ai creusé avec une pelleteuse, plus d’un mètre de profondeur sur 100 m2. J’ai coulé la dalle, monté les murs en parpaings. J’ai fait l’isolation intérieure, la terrasse et les trottoirs extérieurs… », détaille Miguel Lluch. « Je travaillais huit à neuf heures par jour, plus certains samedis et des jours fériés », assure le maçon. « Je croisais Miguel tous les matins vers 8 heures, témoigne une voisine des Barbaux. Ce pauvre homme était là du matin au soir. »

Le montage financier

En théorie, le CESU est réservé à un emploi à temps partiel, voire très partiel. Alors,pPour déclarer verser 300 € par semaine, soit environ 1 200 € par mois comme l’indiquent les bulletins de paie de Miguel Lluch, tout en ne déclarant que quatre heures de « travail effectif » par jour, son employeur, Jacques Barbaux, aujourd’hui Président du Conseil départemental, a mentionné lui verser un « salaire horaire net » de 15 €, soit deux fois le Smic.

C’est la formule gagnant-gagnant pour l’employé et l’employeur. En douze mois de travail, le maçon, qui a eu le droit à un mois de vacances en août, a gagné 14 580 €, bénéficié d’une couverture sociale et perçu le chômage après le chantier. Son employeur, compte tenu des charges, a déboursé 20 896 €, soit une économie substantielle d’environ 6000€, compte non tenu des frais de fin de mission ou de licenciement . Ajoutez à cela le fait le CESU lui a ouvert le droit (à l’époque, maintenant, c’est plafonné à 6000€) à une réduction d’impôt de 50 % de cette somme, soit 10 448 €.

  Guy Delcourt veut faire taire ceux qui "diffament" les élus...

Interrogée par « le Parisien » sur une telle « subvention », la direction des services fiscaux de Seine-et-Marne reconnaît que « la déclaration des Cesu est difficile à contrôler ».

Le contribuable a aussi logé le maçon espagnol

Pendant les travaux qu’il effectuait chez Jean-Jacques Barbaux, entre début novembre 2011 et fin novembre 2012, Miguel Lluch a été logé aux frais du contribuable. Le maçon espagnol a d’abord été hébergé dix mois à la Fondation Hardy, sous tutelle de l’Agence régionale de Santé, à Fontenay-Trésigny, dont Jean-Jacques Barbaux présidait le conseil d’administration. Eric, le gardien de l’établissement pour enfants handicapés, confirme avoir logé Miguel dans sa maison de fonction.

Puis, après les déboires de Jacques Ducastel, qui a quitté la fondation, et le départ d’Eric, Miguel a emménagé en septembre 2012 dans un logement de la mairie. « Je n’ai jamais payé de loyer le temps des travaux chez M. Barbaux, ni à la fondation, ni les trois mois dans le studio », assure le maçon. Jean-Jacques Barbaux affirme avoir payé ces loyers lui même. Facile à vérifier et gageons que les enquêteurs le feront.

Le contribuable a aussi nourri le maçon espagnol

Quant aux repas du midi, l’employé dit avoir été l’invité du maire. « Je ne payais pas mes repas non plus.Le midi je déjeunais en mairie, avec deux cantonniers et deux secrétaires. » Un cantonnier confirme la présence de Miguel à la cantine. « Oui, je me souviens de lui, il faisait la piscine chez M. Barbaux. Après il est parti chez un fermier.Il bossait dur, si tout le monde était aussi courageux que lui… »

  Dominique Tian dénonçait les fraudeurs du RSA

Les moyens collectifs payés par le contribuables ont aussi aidé

Deux cantonniers de la commune ont aidé Miguel à monter des parpaings sur le chantier de la piscine couverte. « Ils sont venus quatre ou cinq fois, les après-midi. M. Barbaux m’avait dit de faire appel à eux en cas de besoin », raconte Miguel. Un coup de main confirmé par l’un des cantonniers. Enfin, si les matériaux pour le gros-oeuvre ont été livrés, le reste était acheté par Jean-Jacques Barbaux. « On allait chercher une camionnette à la communauté de communes du Val Bréon, c’est M. Barbaux qui nous conduisait dans des magasins de bricolage. On a utilisé la camionnette du Val Bréon une dizaine de fois », estime Miguel.



Mobile 768x128

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

4 pensées sur “Le Président du 77 fait payer en partie sa piscine par le contribuable…

  • 26 février 2016 à 13 h 56 min
    Permalink

    La folie des grandeurs de Mr Jean Jacques BARBAUX.

    Budget de la construction du futur siège du val Bréon sur la commune des Chapelles Bourbon : 20 millions d’euro
    Restaurant nationale 4 construit à l’intérieur de la ZAC du Val Bréon : 700 000 euro soit 2 fois plus que prévu au budget prévisionnel, le tout pour une capacité d’une trentaine de repas.

    Les dossiers :
    Aujourd’hui : Le scandale de sa piscine privée, l’EPMS fondation HARDY, …….

    Aujourd’hui et Hier : Son nombre de mandats. Le surhomme pourrait-il tout faire en même temps ?
    – Il était proviseur de lycée (lycée Thibaut de Champagne) et …
    – Il est Président de la communauté de communes du val Bréon et …
    – Il a été Maire de Neufmoutiers en brie (démission demandée par le préfet du 77 à son élection au département – notification par le préfet le 3 avril 2015) et …
    – Il était Président du conseil d’administration de l’EPMS Fontenay-Trésigny (Etablissement public médico-social) Fondation HARDY jusqu’en Juin 2012, remplacé par Lydie Autreux et …
    – Il est Président du Conseil départemental de Seine-et-Marne et …
    – Il est Conseiller départemental du canton de Fontenay-Trésigny et …
    – Il est Président de l’Amicale des Maires du canton de Rozay-en-Brie et …..
    – Il est Titulaire du conseil d’administration du SDIS 77 (Service Départemental d’Incendie et de Secours ) (http://www.sdis77.fr/Connaitre-le-SDIS-77/Son-organisation/Le-Conseil-d-Administration/Trombinoscope-des-titulaires#ancre_contenu) et …
    – Il a été Président de l’Union des maires de Seine-et-Marne (remplacé par VALERIE LACROUTE en Juin 2015) et …
    – Il est Président du Syndicat mixte à vocation multiple (Smavom) de Tournan-en-Brie (http://www.smavom77.fr/executif_smavom.aspx) et …
    – Il est Conseiller municipal de Neufmoutiers en brie et …
    – Membre de la commission régionale de la coopération intercommunale d’Ile de France et …
    – Vice-Président de l’Assemblée des Départements de France (ADF) et …….

    Demain peut-être :

    – Résurgence du double jeu pratiqué par Jean Jacques Barbaux, Jacques Cochaud (régisseur de terrains de Benjamin de Rothschild) et Benjamin de Rothschild lui-même dans un dossier de mi 2012 concernant l’éventuelle implantation d’un circuit de formule 1 sur la commune des Chapelles Bourbon. Voir le compte-rendu du conseil communautaire du Val Bréon du 09 décembre 2008 ou Jean Jacques Barbaux reconnait être resté silencieux sur ce projet et ce à la demande explicite de Benjamin de Rothschild. On voudrait nous faire croire que le président de la communauté de communes du val Bréon, Jean Jacques Barbaux, a eu connaissance de ce projet par la presse ! A vous d’en tirer les conclusions qui s’imposent …….

    – Comment expliquer l’énorme dépassement de budget de la construction du restaurant Nationale 4 implanté dans la zone d’activité du Val Bréon sinon que par une déplorable élaboration de ce projet, un cahier des charges construit à la « petite semaine », un membre du conseil communautaire impliqué dans ce projet, mettant à jour un conflit d’intérêt flagrant, aucun suivi de chantier laissant les entreprises intervenantes livrées à elles-mêmes, etc …..

    – Quid du dossier de l’EPMS Fontenay-Trésigny (Etablissement public médico-social) Fondation HARDY. Le Président du conseil d’administration n’était au courant de rien !!! Son ancien directeur est accusé d’avoir détourné quelques 450 000 € et le président du conseil d’administration de l’EPMS n’en savait rien !!! ……. (25 000 € de frais de déplacement personnel, embauche des 2 vendeurs d’une villa en Espagne que le directeur voulait acquérir et le Président du conseil d’administration n’en savait rien !!!…… Ordinateurs pour la famille du comptable, une télé pour le fils du directeur de l’EPMS, cave à vins, fauteuil, congélateur, détecteur de radar ……) La passion du directeur de l’EPMS : la bijouterie. Alors, il achète sur les deniers de l’établissement qu’il dirige quelques 16 000 € euro de matériel de fabrication de bijoux sans que le Président du conseil d’administration ne s’en aperçoive !!!!!…… (lire l’article de Tous-pourris?)

    Toutes ces dépenses personnelles que le président du conseil d’administration de l’EPMS n’a pas vues alors qu’il déclarait être présent à l’EPMS au moins 1 fois par semaine pour signer les papiers. Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !!!!!…… On peut se demander comment le budget de l’EPMS était géré et quelle meilleure défense que de reporter toutes les responsabilités sur l’ancien directeur indélicat. Moi Monsieur, je n’ai rien vu, rien entendu et donc je n’ai pu rien dire ni faire !! Quel confort que d’être responsable.

    Quant au soutien apporté par certains élus comme Mr Dominique Rodriguez (Maire de la commune de Presles en brie, Président du SIETOM, 1er vice-président de la communauté de communes du Val Bréon, …) c’est compréhensible mais pathétique !!
    Faut-il reparler du dossier de l’unité de valorisation des ordures ménagères sur Ozoir la ferrière ?

    Faut-il se demander pourquoi Mr Dominique Rodriguez a engagé des entreprises sur un projet pour lequel le permis de construire n’était pas accordé par le maire d’ Ozoir la ferrière?

    Faut-il s’interroger sur le fait que le SIETOM (présidé par Mr Dominique Rodriguez) ai dû payer de fortes indemnités aux entreprises engagées de cette façon ?

    Faut-il se demander s’il est bien normal que Mr Dominique Rodriguez fasse embaucher certains membres de sa proche ou plus lointaine famille à la Sté SEPUR, société intervenante pour le compte du SIETOM dans le cadre de la collecte des déchets et de la gestion des déchetteries ?

    Toutes ces questions sont légitimes et l’on comprend mieux la justification de certains appuis.
    Soutient moi et je te soutiendrai.

    En conclusion, on peut se demander par exemple comment diriger de front un département, une communauté de commune, un Syndicat mixte à vocation multiple (SMAVOM), etc ….
    Certain dirons qu’il ne s’agit que d’un problème d’organisation.

    Pas du tout ! Qui que l’on soit, nos journées ne font que 24 heures.

    Diriger une communauté de communes est, si l’investissement se place à la hauteur des enjeux, un emploi à temps plein.
    Diriger un département comme celui de la Seine et Marne qui représente, à lui seul, environ la moitié de la superficie de la région Ile de France, est également un emploi à temps plein compte tenu des enjeux majeurs de ce territoire en pleine évolution.
    Centraliser tous ces mandats dans et sur une seule même tète et donc sur la même façon de penser et de traiter les dossiers n’est pas schéma sain.

    Le pluralisme des idées étant, à mon sens, facteur de progrès, cette monopolisation des pouvoirs est sclérosante pour la vie des collectivités qui sont ainsi gouvernées.

    Espérons que le département de Seine et Marne sera mieux géré.
    Mais ……chassez le naturel, il revient au galop.

    SUITE AU PROCHAIN EPIDODE ……………………..

    Répondre
  • 24 mars 2016 à 8 h 42 min
    Permalink

    Et si on profitait de cette enquête pour élargir à la gestion de la communauté de communes du Val Bréon pour laquelle Mr Jean-Jacques BARBAUX est président!
    Comment expliqué les 700 000 euro du cout de ce projet soit 2 fois plus que prévu?
    Ou est passé cet argent?
    Comment et à qui ont été passé ces marchés?
    Intéressant non ????
    SUITE AU PROCHAIN EPISODE ………………….

    Répondre
  • 23 février 2017 à 8 h 57 min
    Permalink

    Jean-Jacques Barbaux (LR) à Saint-Didier (Vaucluse). Le président du conseil départemental, en congés avec sa famille dans sa propriété de Saint-Didier, privilégie la relaxation totale;
    Et si on parlait du financement de cette demeure ???????
    SUITE AU PROCHAIN EPIDODE ……………………..

    Répondre
    • 11 mars 2017 à 9 h 06 min
      Permalink

      Qui peu provoquer un contrôle de ses activités?
      Je m’étonne que cela n’ait pas eu déjà lieu.
      Et le préfet dans tout cela?
      Cordialement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *