La Présidente du Brésil engluée dans la corruption

Les autorités de la ville américaine de Providence ont initié en fin de la semaine dernière un procès contre l’entreprise pétrolière publique brésilienne Petrobras et plusieurs de ses dirigeants. C’est dans ce cadre que la présidente du Brésil Dilma Rousseff, qui a dirigé le conseil d’administration de Petrobras, devrait être convoquée au tribunal pour témoigner sur cette affaire de corruption.

Plusieurs investisseurs privés avaient déjà porté plainte contre Petrobras mais c’est la première fois que des autorités municipales lancent une telle initiative. D’après les plaignants, Petrobras a trompé les investisseurs en communiquant un prix trop élevé pour ses actifs, dont le coût réel a chuté suite à un scandale de corruption de grande envergure autour de l’entreprise brésilienne.

Selon le bureau d’avocats Labaton Sucharow, Providence a porté plainte non seulement contre la société pétrolière en général, mais aussi contre plusieurs de ses dirigeants qui devraient donc se présenter à la barre pour se défendre. Parmi eux: la présidente brésilienne Dilma Rousseff, qui a présidé le conseil d’administration de Petrobras pendant sept ans, jusqu’à 2010, et le ministre des Finances Guido Mantega dont le mandant prend fin le 31 décembre.

Les avocats américains estiment que ces 14 personnes, y compris Rousseff et Mantega, auraient pu profiter des affaires illégales de Petrobras. Elles pourraient donc faire face à des accusations en rapport avec la création des obligations américaines de Petrobras, qui avaient nécessité un rapport falsifié sur l’activité de l’entreprise.
D’après le parquet brésilien, ce scandale implique 39 personnes accusées de corruption, de blanchiment d’argent et même de racket, ainsi que d’organisation d’un cartel criminel visant à augmenter les prix de certains projets et transmettre l’argent à l’économie de l’ombre pour payer les services de fonctionnaires corrompus. Les dirigeants d’OAS, de Camargo Correa, d’UTC Engenharia, de Galvao Engenharia, de Mendes Junior et d’Engevix encourent jusqu’à 20 ans de prison.

  L'ancien grand rabbin d’Israël sera jugé pour corruption

Le problème de la corruption chez Petrobras est en réalité beaucoup plus profond qu’on ne le pensait initialement. Ce scandale s’est étendu hors du Brésil et la Securities and Exchange Commission américaine a demandé à Petrobras de présenter tous les documents relatifs à l’enquête. Lors de la cérémonie récente de remise de la carte de chef d’État à Dilma Rousseff pour la période du 1er janvier 2015 au 31 décembre 2018, la présidente a promis de consacrer son mandat à la reconstruction de Petrobras et d’en faire une « source d’énergie transformatrice » pour le pays. Elle a déclaré que la lutte contre la corruption devrait être une cause prioritaire pour l’État, le gouvernement et toute la société.

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….