L’affaire taxe carbone touche la police

affaire taxe carbone touche la policeNouvelle inculpation en vue pour Arnaud Mimran dans l’affaire taxe carbone

Le cerveau de l’affaire taxe carbone mis en examen

Selon LCI, Arnaud Mimran, le cerveau de l’affaire taxe carbone, a été extrait de sa cellule de la maison d’arrêt de Fresnes et placé en garde à vue mardi 13 septembre dans le cadre d’une enquête portant sur des soupçons de corruptions policières. Il avait déjà été condamné le 7 juillet dernier à 8 ans de prison dans la fameuse affaire d’escroquerie à la taxe carbone portant sur 283 millions d’euros.

Trois policiers de l’Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCCO) auraient aussi et conjointement été entendus par l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) ainsi qu’une personne dont l’identité n’a pas été révélée et présentée comme « indic ».

La police serait impliquée dans l’escroquerie

Ces auditions font suite à l’enquête de l’IGPN ouverte le 13 juillet dernier pour « corruption », « trafic d’influence », « violation du secret » et « recel » après la publication d’enregistrements téléphoniques par Mediapart. Ces derniers avaient fait l’effet d’une petite bombe au sein de l’institution policière. Sur les bandes qui remontent probablement à février 2014, une personne se présentant comme un policier proposait à Avi Ben Ezra, un proche de Cyril Astruc, mis en examen dans plusieurs affaires d’escroquerie à la TVA sur les quotas de carbone et alors en détention provisoire, de rapidement faire sortir ce dernier de prison en échange d’une rétribution. Les enquêteurs cherchent à comprendre le rôle exact d’Arnaud Mimran dans cette affaire de corruption. Dans ces conversations, Avi Ben Ezra semble bien connaître Arnaud Mimran et le cite à plusieurs reprises.

  Sin-le-Noble, corruption de fonctionnaire?

Arnaud Mimran était présent à l’aéroport de Roissy le jour de l’arrestation de Cyril Astruc en janvier 2014, aurait été autorisé par des policiers de l’OCLCCO à s’entretenir avec Astruc pendant une dizaine de minutes et aurait ensuite suivi les policiers en moto taxi jusqu’à leurs bureaux.

Des répercussions sur la procédure en cours

A la suite de ces révélations, Manuel Abitbol et Philippe Ohayon, les deux avocats de Grégory Zaoui, autre protagoniste de l’escroquerie à la taxe carbone, mis en examen dans plusieurs dossiers, avaient demandé le dessaisissement de l’ensemble des services de police judiciaire en charge de l’exécution des commissions rogatoires. En effet, leur client et Cyril Astruc se renvoient la responsabilité dans le dossier Crépuscule. Dans leur requête, les deux avocats demandaient également l’audition de Cyril Astruc et de l’ancien patron de l’OCLCCO, Franck Douchy.

Le 5 août dernier, le juge chargé de l’instruction, Guillaume Daieff, avait rejeté ces demandes affirmant que les douanes judiciaires étaient le seul service saisi dans le dossier et « qu’en l’état rien ne permet de dire si l’interlocuteur d’Avi Ben Ezra est un fonctionnaire de l’Etat« . Il semblerait que l’IGPN soit bien décidée à répondre à cette dernière interrogation.

Source: L’Express

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….