Isabelle Balkany mise en examen

Isabelle Balkany, épouse et première adjointe du maire UMP de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, a été mise en examen le jeudi 22 mai 2014 par des juges financiers qui enquêtent sur des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale, a annoncé son avocat.

« Mme Balkany est mise en examen », pour des « questions fiscales et patrimoniales », a déclaré Me Grégoire Lafarge, précisant que sa cliente rentrait « chez elle » jeudi soir. « On reproche à Mme Balkany des problèmes de nature fiscale », a ajouté l’avocat après sa comparution devant les juges d’instruction Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon.

Isabelle Balkany a été placée en garde à vue mercredi, tout comme Jean-Pierre Aubry, ancien directeur de cabinet de Patrick Balkany à la mairie de Levallois et intime du couple. Tous deux avaient été présentés jeudi après-midi aux juges financiers. Jean-Pierre Aubry est lui aussi mis en examen.

Ce sont deux villas à St Martin et Marrakech qui en sont la cause

« Cette mise en examen ne concerne pas son activité politique, elle ne concerne pas l’activité politique de son mari, elle ne concerne pas non plus l’Hôtel de Ville ou la mairie de Levallois-Perret, elle ne concerne pas des entreprises, des marchés ou des travaux publics« , a insisté Me Lafarge.

« Elle concerne exclusivement une problématique financière d’origine familiale strictement personnelle et ancienne de plus de 20 ans », a-t-il ajouté.

Au centre des interrogations des enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) de la police judiciaire, deux villas dont le couple a eu l’usage, à Saint-Martin aux Antilles et à Marrakech au Maroc, acquises dans les années 1990, et non déclarées au fisc.

  Le fils Balkany mis en examen

Les enquêteurs se demandent si Isabelle et Patrick Balkany, qui en sont des usagers, n’en sont pas aussi les véritables propriétaires, dissimulés derrière des prête-noms et un écheveau de sociétés off-shore et de comptes bancaires dans des paradis fiscaux.

La villa de Marrakech est ainsi propriété d’une société civile immobilière dénommée Dar Gyucy, en bout de course d’un ensemble de structures.

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….