Deux élues lorraines font l’objet de drôles d’accusations….

anticor des vosges fait du zèleDes lanceurs d’alerte aux excès de la justice populaire, la manipulation politique peut prendre diverses formes

Le rôle de notre site « Tous Pourris? » n’est pas de « traquer » au nom de je ne sais quelle idéologie du blanchiment (rien de ce qui est humain ne peut être « blanc ») mais simplement de dénoncer, de clamer, de façon à ce que le peuple sache et décide ensuite en toute connaissance de cause.

Pourquoi un tel rappel? Parce que d’autres, au contraire, croient pouvoir revêtir la belle armure du chevalier blanc et s’auto investir d’une mission de « nettoyage ». L’histoire nous enseigne que cela tourne toujours très mal. Au mieux en manipulation qui détruit des individus sur lesquels l’opprobre a été jetée, au pire en lynchages plus ou moins collectifs. Les prêtres catholiques de la révolution ou les femmes de la libération sont des exemples emblématiques de cette pseudo justice populaire. Emblématiques par l’horreur à laquelle peut conduire le sentiment d’impunité et de bon droit et emblématiques par la manipulation politique qui en fut le moteur.

Loin de nous l’idée de médire sur une association dont le juge Halphen est un des fondateurs et qui se donne comme objectif de traquer la corruption. Néanmoins, il semble que certains de ses membres semblent se pousser quelques ailes et troquent l’habit du lanceur d’alerte pour celui de justicier…. Avec les aléas que cela représente.

Anticor des VOSGES dénonce des élues et dépose un dossier chez le procureur

Marcel Claude, le référent régional d’Anticor, a constitué des dossiers concernant deux élues vosgiennes qu’il vient de transmettre au procureur de la République par le biais de la procédure de « signalement ».

Première cible, Nathalie Babouhot

Le premier dossier concerne Nathalie Babouhot, vice-présidente de la communauté de communes du Pays de Mirecourt.

Dans son courrier, Marcel Claude pointe le fait que Nathalie Babouhot exerce la profession de notaire au sein d’une étude qu’elle partage avec son associée Me Frantzen-Bontemps et que cette étude aurait bénéficié d’un contrat portant sur un acte de vente entre le Pays de Mirecourt et la SCI du Xaintois pour un prix de cession s’élevant à 120 000 €.

  11 entreprises de Lorraine renvoyées en correctionnelle

détail des frais sur une vente de 120 000€Et c’est là que l’on sent soit la mauvaise foi soit le total amateurisme du délégué régional d’Anticor. En effet, dans son courrier au procureur, il se permet d’écrire que les frais de notaire avoisinent généralement les 8 % de la valeur d’une vente immobilière et d’ajouter: «Etant associée à 50 % sur les bénéfices de cette étude, nous pensons qu’il y a peut-être un conflit d’intérêts ». Sur une vente de 120 000€, le CA notarial est de 2 232€, 74% des sommes perçues étant des impôts et taxes reversées à l’Etat. Ces 2 232€ sont à partager entre deux études si vendeur et acheteur ont leur propre notaire. Les dépenses relatives à une affaire comme celle-ci, au mini-minimum, de 900€. Cela nous fait donc une marge brute de 1332€ à se partager entre deux études. Vous retirez les frais de fonctionnement de l’étude, vous avez….. l’escroquerie du siècle!!!! (au moins dans les 500€!!!!) Ah! j’oubliais! Comme indiqué précédemment, la personne accusée, Madame Babouhot, ne possède que 50% des parts de l’étude et donc ne peut prétendre qu’à 50% des bénéfices… Après impôts, bien sûr.

Si vous ajoutez à ce calcul qui rend de lui même complètement ridicule, stupide voire contre-productif ce genre de signalement, qu’il n’existe à MIrecourt qu’une seule étude notariale (Pages jaunes), on se demande forcément ce qui peut bien se cacher derrière cette « affaire »…

La réponse, on peut en avoir une petite idée dans la réaction de l’intéressée….. En effet, pour Nathalie Babouhot, c’est la stupéfaction qui prédomine. Elle affirme ne pas être au courant de l’initiative d’Anticor (en plus, aucune courtoisie ni même tentative d’enquête à décharge ou de recherche de compréhension de la part de nos apprentis justiciers), et précise: « Je suis surprise… Je ne vois pas vraiment de quoi il s’agit mais je répondrai aux questions qui me seront posées sur ce sujet. Ceci dit, j’émets un doute sur le fait que cette histoire arrive maintenant alors que je suis candidate aux élections législatives. C’est un concours de circonstances qui arrange certaines personnes… » Bah tiens, on y voit plus clair, tout d’un coup!

  Joseph Castelli mis en examen pour corruption (Addendum)

Nathalie Babouhot est investie par Les Républicains sur la quatrième circonscription des Vosges…..

 Deuxième cible, Claudie Pruvost

Deuxième cible « de choix » pour nos justiciers en herbe, la conseillère départementale vittelloise Claudie Pruvost qui est membre du bureaude la CLE (commission locale de l’eau). Marcel Claude et certaines associations environnementales estiment qu’elle n’est pas en droit d’y siéger et qu’elle n’aurait pas dû prendre part à un vote qui s’est déroulé dans le cadre du Coderst (Comité départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques), le 18 octobre dernier. En effet, l’élue est mariée à Bernard Pruvost, directeur « Recherche et développement » chez Nestlé, présentée par les procureurs amateurs comme étant la principale entreprise à utiliser cette nappe d’eau dans le cadre de sa production. Le 18 octobre dernier, le Coderst devait examiner une demande d’autorisation de forages supplémentaires pour Nestlé Waters. Claudie Pruvost n’a pas quitter la salle lors des débats et du vote et a même émis un vote favorable.

Ces reproches ne semblent pas vraiment inquiéter l’intéressée : « Tout d’abord, je rappelle que mon époux travaille pour Nestlé International et pas Nestlé Waters. De plus, ma réélection au bureau de la CLE et ma participation au vote dans le cadre du Coderst ont été faites en toute transparence et en totale collaboration avec les instances préfectorales et le Conseil départemental. » .

Ajoutons que le mari de cette élue départementale (divers droite…) n’est que salarié (il n’y a donc pas de « prise d’intérêt » possible) de Nestlé et qui si vous commencez à virer de toutes les instances de ce département qui vit en grande partie sur ses sources (vittel, contrex etc…) les personnes qui de près ou de loin travaille dans l’eau, vous n’allez plus avoir grand monde. Enfin, dénonçons l’hypocrisie de la situation. Mariée, elle n’aurait pas les mêmes droits qu’une simple relation non formalisée lui accorderait? Pas très égalitaire, tout ça…….

  Corruption à la mairie de Saint-Cyprien : le Maire UMP se faisait payer en oeuvres d'art

Illustration d’une dérive dont nous garder nos institutions

Bref, ces deux petits exemples pour illustrer les dérives stupides auxquelles la chasse aux sorcières peut conduire. Bien sûr, me direz vous, ces militants n’ont fait que déposer des signalements et le procureur poursuit ou non. Néanmoins, nous connaissons, vous et moi, la très grande impartialité de certains juges (cf. les cons du mur du même nom), en particulier du siège qui, quoi qu’on en dise, dépendent de la chancellerie, donc du pouvoir politique. Cette action pseudo militante peut donc très rapidement tourner au totalitarisme et à l’instrumentalisation politique, comme nous pouvons le voir à l’encontre de certains candidats, que ce soit à des élections locales ou nationales….

Outre cet aspect déontologique, il y a aussi l’aspect humain. Une personne mise en cause à tort peut voir sa vie pourrie pendant des années. Pire, toute sa vie car la « sagesse populaire » veut qu’il « n’y a pas de fumée sans feu ». Et vous voilà affublé d’une réputation uniquement basée sur une dénonciation d’un justicier en herbe qui rêvait, tel un Robespierre aux petits pieds, de se faire un élu.

Et si vous acceptez cela pour les élus, pourquoi pas pour les autres citoyens? Et nous voici plongés un petit peu plus dans la barbarie avec les dénonciations, la mise à l’index, la vindicte populaire….

De grâce, sauvons l’Etat de droit!

Il n’y a guère de moyens pour éviter ce totalitarisme, si ce n’est de limiter l’action de ces justiciers en herbe. Pourquoi ne pas les condamner à des indemnités lorsque les signalements sont classés sans objet? Dans la mesure où ils ne perçoivent aucune subvention, c’est à dire qu’ils ne font pas payer leurs condamnations par l’argent public, cela les obligerait peut être à un minimum de sérieux dans leurs signalements, non?

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

2 pensées sur “Deux élues lorraines font l’objet de drôles d’accusations….

  • 23 mai 2017 à 2 h 58 min
    Permalink

    Le dossier concernant Nathalie Babouhot après enquête, a été classé sans suites.

    Répondre
    • 23 mai 2017 à 11 h 34 min
      Permalink

      Merci Madame de cette information qui n’est pas faite, vous vous en doutez, pour nous étonner. L’engagement politique du juge Halphen et la manière dont s’est déroulée l’élection présidentielle tente à prouver que les accusations portées contre vous entraient bien dans la même logique d’instrumentalisation de la justice à des fins électorales…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….