Condamné pour…. des sushis!

corrompu pour des sushisLes affaires de corruption minable sont emblématiques de la mentalité. Ce policier mérite-t-il 6 mois de prison avec sursis quand des dealers, des agresseurs de policiers n’en prennent pas autant? Oui, certainement.

Une discrète mutation

L’affaire n’avait pas fait de bruit jusque-là et a éclaté hier devant le tribunal correctionnel d’Avignon devant lequel comparaissait un policier de 38 ans. Le mois dernier, ce fonctionnaire a fait l’objet d’une discrète mutation dans un autre département.

« Un article 25 » comme ont dit dans le jargon de la police. Comprendre : une mutation ordonnée lorsque l’intérêt du service l’exige. Depuis lors, il était placé sous contrôle judiciaire et frappé d’une interdiction de se rendre au commissariat d’Avignon. Des mesures prononcées par le juge des libertés et de la détention du TGI d’Avignon.

Un excès de vitesse payé en sushis

Au cœur de ce dossier de corruption passive, des plateaux de sushis pour un montant de 39,80€ !

Ce fonctionnaire de police exerçait à Avignon depuis l’été dernier après avoir été muté des Bouches-du-Rhône où il avait fait l’objet de menaces de mort. Intégré à une équipe de nuit, lors d’un contrôle routier, le 18 octobre dernier, il avait demandé à un conducteur de stopper son véhicule après une vitesse excessive, avenue des Sources.

Au lieu de lui demander ses papiers, le policier avait demandé au jeune contrevenant ce qu’il faisait dans la vie. « Je suis sushis man« , avait rétorqué le conducteur de la voiture en donnant l’adresse de son lieu de travail. Le policier a pris son numéro de téléphone et l’a laissé repartir avant de lui lancer : « Tu peux faire des sushis ? Je te fais une fleur et je viendrai te voir… ».

  La république des copains et des coquins au quotidien

Cinq jours plus tard, le policier l’a appelé une première fois. Le lendemain, en tenue et alors qu’il était affecté aux geôles ce jour-là, c’est-à-dire qu’il ne devait pas sortir du commissariat, il s’est fait conduire avec une voiture sérigraphiée, est entré dans le magasin de sushis.

Voyant qu’il y avait du monde, il a préféré s’en aller. De retour un peu après, il a revu le jeune conducteur et s’est fait remettre deux plateaux de sushis pour un montant de 39,80€. Il est parti sans payer, le jeune homme n’ayant pas osé tenir tête à ce fonctionnaire, par peur de représailles…

À la suite de cet événement, les rumeurs et les on-dit ont fait leur oeuvre. Jusqu’aux oreilles de sa hiérarchie. Un major, intrigué par des accusations lancées en l’air contre ce policier, a voulu en avoir le cœur net et est allé au magasin voir ce qui s’était passé.

Moins fier devant les juges

À la barre du tribunal, le policier est apparu moins loquace que dans les descriptions données par ses collègues, le décrivant comme un homme « charismatique » doté de « bagou« .

Hier, il avait de toute évidence perdu de sa faconde. « Je ne l’explique pas, c’est un acte irréfléchi (…). Je suis mal à l’aise. C’était une bêtise. Ça m’a fait du mal et à mes collègues aussi« .

Bien plus que le montant de cette affaire à 39,80€ (le policier les a remboursés), c’est sur l’image de la police éclaboussée après ces faits, que s’est attardé le procureur de la République d’Avignon, Philippe Guémas.

  Vous payez pour les anciens "commissaires" européens! (Addendum)

« C’est consternant. En principe, le parquet soutient toujours l’action des policiers. La police, c’est son bras séculier. Je vous laisse imaginer la réputation des policiers auprès des commerçants. Quand j’ai appris l’histoire, j’ai pensé à Philippe Noiret dans Les Ripoux qui s’invite à mangerLe problème, ce n’est pas le montant. Quand un policier constate une infraction, il doit verbaliser. Là, vous avez flairé la contrepartie ». Six mois de prison avec sursis, et une interdiction d’exercer pendant six mois ont été requis par le procureur.

Pour la défense du policier, Me Ambrosino a tenu à replacer les faits dans leur contexte, demandant au tribunal de ne pas faire d’amalgame avec l’autre affaire du moment… « Personne ne lui a dit : ‘Arrête tes conneries, tu déconnes‘ », dénonce l’avocat en agitant les états de service de ce policier : 15 attestations, des lettres de félicitations pour ses fonctions précédentes dans les Bouches-du-Rhône et ses bons résultats. La non-inscription de sa condamnation au bulletin nº2 est aussi demandée par l’avocat.

6 mois avec sursis

Mais, le tribunal l’a condamné à six mois de prison avec sursis, trois mois d’interdiction d’exercice. Sa condamnation sera aussi inscrite à son B2.

Reste désormais pour lui à connaître la sanction que lui réserve le conseil de discipline, car après la sanction prononcée par le tribunal correctionnel d’Avignon, le fonctionnaire de police passera en conseil de discipline. Cette instance, composée de tous les DDSP exerçant en Paca et de représentants syndicaux, se réunira courant mars pour étudier l’affaire et soumettre une sanction au ministre de l’Intérieur.

  Le parrain corse du PRG ira en prison! (Addendum)

Bruno Le Roux aura alors la possibilité, d’accepter, d’aggraver ou de réduire la peine proposée par le conseil de discipline.

Trois autres policiers, appartenant au même groupe que lui, passeront également en conseil de discipline en mars et avril. Il leur est reproché d’avoir profité des plateaux de sushis.

Source: La Provence

Avez vous lu ces articles?

TDK

Homme blanc, Breton, catholique et hétérosexuel. Accessoirement économiste et Conseiller auprès de chefs d'entreprises. Créateur (entre autres) du site d'information économique MaVieMonArgent.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ne pas en perdre une miette!

les billets ne changent jamais de main pour rienPour ne  pas perdre une miette de la turpitude, je m’inscris pour recevoir, au plus une fois par jour, les dernières infos de la corruption….